"Un Amour impossible" : poignant et profond

Le film de Catherine Corsini, adaptation du roman éponyme (sorti en 2015) de la romancière d'origine castelroussine Christine Angot, a été tourné en partie à Châteauroux. C'est du moins ce que l'on ressent dans la reconstitution du Châteauroux années 50, ses bals et sa riante campagne où folâtrent les jeunes amants.

"Un Amour Impossible" sort en salles ce mercredi. C'est le gouffre des mauvais choix, de la "rencontre inévitable" qu'il aurait fallu précisément éviter qui apparaît à Rachel, devenue une femme déjà âgée et complètement dépassée par les événements que seule la principale victime, sa propre fille, Christine, saura réinvestir par l'écriture et interpréter au prisme d'une glaçante histoire de l'oppression féminine. Philippe, issu d'une famille bourgeoise, fascine Rachel. De leur relation naîtra donc Christine Angot, en 1959.


Romanesque, rappelant le cinéma de Truffaut - la réalisatrice dit avoir "adoré" "Les Deux anglaises et le continent" -, le film joue avec le temps - ses accélérations, ralentissements ou ellipses -, pour dire cette vie, la construction d'un amour puis la désillusion, la solitude et le combat d'une femme, la découverte de l'indicible, l'incompréhension entre une mère et sa fille et la réconciliation. "Et sur l'amour liant une mère à sa fille, une fille à sa mère, qui évolue au fil de leur vie mais finit par surmonter les chocs", précise l'auteure à Marie Claire. Virginie Efira, toujours aussi douée, incarne ainsi le rôle de Rachel, et Niels Schneider, celui de Philippe. Grand amoureux des mots, Fabrice Luchini s'empare avec délectation de ce personnage, inspiré de l'histoire de Christian Streiff (alors P-dg de PSA Peugeot Citroën), qui s'emmêle dans la grammaire, prend un mot pour un autre.

Un film à voir absolument!

Articles Liés