Le club répond aux accusations de fichage ethnique — PSG

Le club répond aux accusations de fichage ethnique — PSG

Le PSG a pour sa part confirmé officiellement dans un communiqué "que des formulaires avec des contenus illégaux [avaient] été utilisés entre 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation, dédiée aux territoires hors Ile-de-France".

Suite aux dernières révélations de Mediapart, dans le cadre des Footballs Leaks 2, qui affirme que le Paris Saint-Germain s'est appuyé sur des fichiers ethniques pour le recrutement de jeunes joueurs, le club de la capitale assure qu'il ignorait totalement l'existence de ces fichiers. Aucun élément concret n'ayant alors permis de corroborer ces propos, le Club n'avait pu mettre en œuvre les mesures disciplinaires appropriées.

Le PSG a ouvert "une enquête interne" a indiqué à l'AFP une source proche du club. Le nom d'Olivier Létang revenant le plus souvent quand on posait la question de qui était l'architecte à l'origine du discours discriminatoire de Westerloppe.

Pour l'appellation "Français", "il aurait fallu écrire Blanc". "Avec les joueurs d'origine africaine, arrivés en France après leur naissance, les papiers d'identité constituent toujours un point sensible", nous fait-on savoir.

Dans cette réunion, on retrouve notamment le responsable du recrutement hors d'Île-de-France Marc Westerloppe, le directeur du centre de formation Bertrand Reuzeau, le responsable du recrutement sur la région parisienne Pierre Reynayd ou encore des entraîneurs de jeunes.


A l'époque, recommandé au club de la capitale, renchérit lequipe.fr, "cet "excellent profil" tardait à être enrôlé à cause d'un manque de décision de Marc Westerloppe, directeur de la cellule recrutement au niveau national hors Ile-de-France, qui évoquait " un équilibre sur la mixité, trop d'Antillais et d'Africains sur Paris". "Mes collègues de la formation ou préformation ne peuvent y croire", souligne-t-elle.

Interrogé par Mediapart, un recruteur du club confirme que c'est bien ce que sous-entendait Westerloppe, tout en le dédouanant un peu: "La direction parisienne avait annoncé la couleur en annonçant qu'il fallait plus ou moins avoir tendance à prendre un peu de Blancs par rapport aux Blacks". "C'est pourquoi la Ligue des droits de l'homme (LDH) a décidé de saisir le procureur de la République d'une plainte contre ce fichage ethnique des jeunes recrues du PSG afin d'en sanctionner les coupables et les responsabilités du club". "Cela n'aurait jamais dû se passer au sein du PSG", a-t-il déclaré également.

Ces "mêmes fiches d'observation avec mention des origines ont été scrupuleusement remplies jusqu'au printemps 2018", accuse encore Mediapart.

Pour répondre aux questions des Football Leaks, le PSG "a missionné" Malek Boutih, ancien député PS (2012-2017), ancien président de SOS Racisme (1999-2003), qui "travaille depuis une quinzaine d'années sur les questions de racisme au sein de la fondation PSG".

Articles Liés