Chèque énergie, aide aux transports... Combien pourriez-vous gagner ?

Chèque énergie, aide aux transports... Combien pourriez-vous gagner ?

Emmanuel Macron a répondu à des Français préoccupés par la hausse de la CSG et du prix du carburant, mardi, en marge d'un déplacement à Verdun. "C'est à l'État d'être réaliste dans ses prescriptions fiscales", lance de son côté Dominique Bussereau, le président de l'Assemblée des départements de France, dont le congrès s'ouvre cette semaine.

Dans un entretien accordé à Europe 1 diffusé ce mardi 6 novembre et enregistré la veille, Emmanuel Macron a déclaré vouloir "améliorer le chèque énergie". Après avoir passé la nuit dans un château où le compositeur Maurice Ravel fut ambulancier durant la guerre, le chef de l'Etat doit se rendre aux Eparges (Meuse), théâtre de combats dantesques en 1915. Le dispositif, généralisé en 2018, bénéficie actuellement à près de 3,7 millions de ménages, sous condition de ressource, pour régler une partie de leur facture de gaz, d'électricité ou de fioul domestique. "Il faut aider nos citoyens les plus modestes qui n'ont pas le choix", a-t-il souligné dans cette interview enregistrée lundi.

Tout en assurant " comprendre la colère ", le chef de l'État a défendu sa politique.

Concernant justement le blocage prévu le 17 novembre, il préfère se montrer méfiant quant aux racines de ce blocage et à l'intention première des gens qui vont l'effectuer: "Parce que, généralement, derrière on trouve un peu tout et n'importe quoi, des choses qui n'ont rien à voir ensemble et des gens qui n'ont pas beaucoup de projets pour le pays, si ce n'est de le mettre à l'arrêt". La hausse des prix vient "aux trois quarts des cours mondiaux", s'est-il dédouané, avant de reconnaître que la progression des taxes est bien le fait de l'Etat, et qu'il "les assume".


Le chèque énergie aussi pour les foyers imposables? . Elle implique de vivre dans une zone où les transports en commun font défaut ou, là où ils existent, de travailler en horaires décalés réguliers.

"Le carburant, c'est pas bibi!"

Il a par ailleurs affirmé que "le pouvoir d'achat au total, il a augmenté: 1,6%". "Il faut davantage taxer les énergies fossiles car on doit en sortir pour réinvestir dans les nouvelles énergies", a-t-il expliqué en ajoutant ensuite "le gouvernement ne se trompe pas et va dans la bonne direction: moins taxer le travail et davantage taxer ce qui pollue".

C'est donc à l'État "de financer les mesures palliatives en termes de pouvoir d'achat".

Articles Liés