Le dossier médical partagé généralisé à toute la France — Santé

Le dossier médical partagé généralisé à toute la France — Santé

C'est un serpent de mer qui pourrait enfin voir réellement le jour.

Le gouvernement et l'Assurance-maladie ont relancé mardi l'idée d'un dossier médical partagé (DMP). À partir de maintenant, tous les assurés sociaux peuvent créer un " carnet de santé numérique ".

"Je demande à tous les Français d'aller se faire ouvrir" un DMP "soit sur internet (.) en tapant 'dossier médical partagé' ou 'mon dossier médical', soit chez leur pharmacien", a déclaré la ministre, invitée de l'émission Audition publique (LCP/Public Sénat/Le Figaro/AFP). Ces informations permettront de limiter le risque d'interactions médicamenteuses, les allergies ou les incompatibilités de traitement. Le DMP est gratuit et non obligatoire. Le patient est libre de partager l'accès à son DMP avec son médecin traitant, son kinésithérapeute, son infirmière, etc.

En outre, c'est l'Assurance maladie qui injectera automatiquement dans le DMP "l'historique des remboursements" des actes et des médicaments sur les deux dernières années, alors que les précédents DMP étaient plutôt vides. Tout l'enjeu est ensuite de l'alimenter pour qu'il soit utile.

Attendu depuis près de 15 ans, le dossier médical partagé (DMP), sorte de carnet de santé numérique, va-t-il s'imposer dans le quotiden des Français au même titre que la carte vitale? En cas d'urgence, en effet, un professionnel de la santé peut ouvrir le DMP.


Un espace personnel vous sera par ailleurs réservé, dans lequel vous pourrez mettre du texte, et scanner des analyses et les comptes rendus que vous stockez chez vous.

Comment le créer? Il est d'ores et déjà possible, pour les assurés majeurs, de créer son DMP en se rendant sur le site www.dmp.fr. Alors que l'on peut "commander un billet de TGV" ou "consulter ses comptes bancaires sur son smartphone", il est grand temps de pouvoir accéder facilement à ses propres informations de santé, s'est-il félicité, saluant "un jour à marquer d'une pierre blanche". Ni l'administration (y compris l'Assurance maladie), ni les mutuelles, ni aucun opérateur privé n'a le droit d'y avoir accès, ni d'en demander une copie.

Le directeur général de l'Assurance maladie, Nicolas Revel, et le président de France Assos Santé, qui regroupe 80 associations de patients, participeront au "lancement officiel" de la nouvelle version de cet outil présenté dès 2004 par Philippe Douste Blazy, l'un des prédécesseurs de Mme Buzyn.

Les DMP seront conservés par un hébergeur de données ayant reçu un agrément du ministère de la Santé. Des documents peuvent y être ajoutés ou masqués, des professionnels de santé peuvent être bloqués.

Articles Liés