Des millions de morts d'ici 2050 — Résistance aux antibiotiques

Des millions de morts d'ici 2050 — Résistance aux antibiotiques

Sur le total de 670.000 infections par une bactérie multi-résistante estimées en 2015, près des deux tiers ont été contractées dans le milieu hospitalier, notent les chercheurs qui soulignent " l'urgence d'une prise en compte de la résistance aux antibiotiques comme une donnée de santé vitale pour les patients et le besoin de concevoir des traitements alternatifs pour les patients qui ont d'autres maladies et qui sont vulnérables du fait de défenses immunitaires amoindries ou de l'âge ".

Cette fois, c'est l'Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) qui met en garde, dans un rapport rendu public aujourd'hui et que Le Soir a pu consulter: 2,4 millions de personnes pourraient succomber en Occident, d'ici 2050, si rien n'est fait pour infléchir la courbe actuelle des taux de résistance aux antimicrobiens.

L'impact est " comparable à l'effet cumulé de la grippe, de la tuberculose et du virus du sida", sur la même période, notent les auteurs. Une étude distincte, parue lundi dans la revue The Lancet Infectious Diseases, chiffrait à 33 000 le nombre de morts imputables à ces bactéries en 2015 dans l'Union européenne.

"Les investissements consentis dans un vaste programme de santé publique incorporant certaines de ces mesures pourraient être amortis en une année seulement et déboucheraient sur une économie de 4,8 milliards de dollars par an", juge l'OCDE.


Selon lui, les pays consacrent déjà en moyenne 10% de leur budget de santé au traitement des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Pourtant, on pourrait les combattre avec des "mesures simples" au coût modéré, selon l'OCDE: "encourager une meilleure hygiène", "mettre fin à la surprescription d'antibiotiques" ou encore généraliser les tests de diagnostic rapide pour déterminer si une infection est virale ou bactérienne.

Les médecins alertent régulièrement sur le danger de la surconsommation d'antibiotiques, qui rend résistantes de redoutables bactéries. La majorité des décès touchent les jeunes enfants de moins de 12 mois et les plus de 65 ans. Cette proportion varie ailleurs dans le monde, elle augmente notamment de 40 à 60 % en Indonésie, au Brésil et en Russie.

Vous avez aimé cet article?

Articles Liés