"Momo challenge": plainte déposée contre des réseaux sociaux et l'État

Le 14 octobre dernier, Kendal Gattino, 14 ans, s'est donné la mort au domicile de ses parents, près de la Guerche-de-Bretagne dans l'Ille-et-Vilaine, en se pendant avec sa ceinture de kimono.

Le père de l'adolescent décédé a déclaré: "J'accuse YouTube, Whatsapp et rencontre-ados.com de ne pas protéger les jeunes". De plus, il affirme que l'Etat n'a pas suffisamment pris en compte les menaces et les dangers que peuvent représenter ces sites. Quand ça vous tombe dessus, on ne comprend pas (.) On se croyait tranquille à la campagne. Selon lui, l'adolescent aurait été victime du Momo Challenge. "Mais internet, c'est partout et on ne le sécurise pas", a-t-il dénoncé. Peu après le décès, il avait précisé que les enquêteurs examinaient si l'éventuelle "qualification de provocation au suicide sur des mineurs de 15 ans" pouvait être retenue. Momo, c'est ce visage horrible, mis en illustration de l'article qui est digne d'un mauvais film d'horreur.


Avant la rentrée, le député LREM des Hauts-de-Seine Gabriel Attal, devenu secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, avait adressé une question au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb pour l'alerter sur les dangers du "Momo Challenge". Il était jusqu'alors dans le coma et soigné dans un hôpital de la région liégeoise. Espérons que cette plainte contre YouTube, WhatsApp et l'État fera enfin bouger les choses, avec des mesures concrètes de la part des géants du high-tech pour enrayer le phénomène et avec l'arrestation des personnes derrière ces faux profils. Un dernier point pas facile à mettre en œuvre, car du Canada, à l'Argentine, en passant par l'Inde, le Mexique ou les États-Unis, les enquêtes ne parviennent pas à déterminer si le " Momo " est la cause du suicide... Cet adolescent "bien inséré dans la vie et plein de projets" aurait selon son père été victime du Momo Challenge, jeu macabre qui fait fureur sur Internet.

Articles Liés