Crash Lion Air : Boeing reconnaît qu'un capteur pourrait être en cause

Crash Lion Air : Boeing reconnaît qu'un capteur pourrait être en cause

"Boeing a publié un bulletin de son manuel d'exploitation indiquant aux opérateurs les procédures en vigueur que les équipages doivent suivre en cas d'informations erronées issues des sondes d'incidence" (AOA, Angle of Attack sensor), indique-t-il dans un communiqué.

Ces appareils, aussi appelés sondes d'angle d'attaque, donnent l'angle de vol de l'appareil et sont potentiellement des avertisseurs de décrochage.

Treize minutes après le décollage du vol JT610 de Lion Air, le pilote de l'avion a demandé à faire demi-tour avant de perdre le contact avec les contrôleurs aériens. Ce plongeon inexpliqué a entraîné la mort des 189 passagers et membres d'équipage.

Le groupe Boeing pourrait mettre en garde les compagnies aériennes propriétaires d'avions Boeing 737 Max contre les risques de piqués des appareils causés par le mauvais fonctionnement du système de contrôle de vol, annonce l'agence Bloobmerg se référant à une source sous couvert d'anonymat.

Un rapport préliminaire sur les causes de l'accident est attendu à la fin du mois.


Le comité de sécurité des transports indonésien a indiqué lundi que l'appareil de Lion Air avait un anémomètre ou indicateur de vitesse relative défectueux (instrument de vol permettant de calculer notamment la vitesse du vent) sur ses quatre derniers vols. Cet indicateur avait été réparé à plusieurs reprises, mais le problème était toujours présent au cours de son dernier vol, selon les premières indications issues de la boîte noire. Mais le problème n'a pas été résolu au cours du dernier vol. "Au total quatre vols ont souffert d'un problème lié à l'indicateur de vitesse", a confié Soerjanto Tjahjono, responsable du comité au cours d'une conférence de presse.

Après chaque problème, le pilote l'a signalé et le mécanicien a fait (une réparation) et l'appareil a été à nouveau déclaré apte à voler, a expliqué le responsable qui n'a pas toutefois précisé si ce problème avait joué un rôle dans l'accident.

De leur côté, les autorités indonésiennes ont annoncé la réalisation d'un "audit spécial" de la compagnie aérienne Lion Air.

La marine et les équipes de police et de volontaires qui prêtaient main forte aux secours vont se désengager et seuls les services de secours vont poursuivre leurs efforts.

Dimanche soir 4 novembre, 105 sacs contenant des restes humains avaient été récupérés par les sauveteurs, mais seulement 14 corps ont été formellement identifiés. Les autorités de sécurité aérienne américaine et européenne ont été sollicitées pour cette enquête.

Articles Liés