Six personnes arrêtées pour un projet d'action violente contre Macron

Six personnes arrêtées pour un projet d'action violente contre Macron

Ainsi, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé plusieurs suspects en lien avec la mouvance d'ultradroite à la suite de renseignements faisant état d'un possible projet d'action violente contre le président de la République. Ces personnes ont été interpellées en Isère, Ille-et-Vilaine et en Moselle.

L'une de ses six personnes résiderait à Fougères, où elle a été interpellée tôt ce matin, selon nos confrères de Ouest-France.

"Les prévenus auraient préparé une action violente contre Emmanuel Macron". "Cette enquête vise un projet, imprécis et mal défini à ce stade, d'action violente" contre Emmanuel Macron, selon l'une des sources proches de l'enquête.


Les arrestations ont été conduites dans trois départements - l'Isère, l'Ille-et-Vilaine et la Moselle - dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour "association de malfaiteurs terroristes criminelle ". Les interpellations ont donc pour objectif d'établir la réalité de ce projet.

Du côté du commissariat de police de Fougères, on ne fait aucun commentaire.

Jean-Pierre B. est décrit comme proche de groupuscules d'extrême-droite suivis par la DGSI: les Forces françaises unifiées (FFU) ou les Barjols, mouvements identitaires et pro-violences.

Articles Liés