La frontière irlandaise réglée — Brexit

La frontière irlandaise réglée — Brexit

Objectif: éviter une frontière coupant l'Irlande entre le Nord, membre du Royaume-Uni, et le Sud, au sein de l'UE.

Londres et Bruxelles sont parvenus à un accord sur les services financiers pour maintenir l'accès britannique au marché européen après le Brexit, rapporte jeudi le quotidien The Times... sauf que l'UE conteste cet accord.

Les rumeurs d'un accord conclu entre Bruxelles et Londres ont même fait grimper la livre sterling, qui était jeudi matin en hausse, à 88,17 pence pour un euro contre 88,62 pence la veille.

" Les négociateurs britanniques et européens ont conclu un accord de principe sur tous les aspects d'un futur partenariat sur les services, ainsi que sur l'échange de données", annonce le quotidien, citant des sources gouvernementales. En cause, le fait qu'aucune des parties ne souhaite rétablir une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord par peur de compromettre l'accord de paix ayant mis fin à des décennies de violences communautaires.

Selon ce nouvel accord, l'UE accepterait que les vérifications des marchandises soient faites dans les usines et magasins plutôt qu'à la frontière, écrit le Sunday Times.


Le porte-parole de la Première ministre n'a pas confirmé l'information, la qualifiant de "spéculation", selon la chaîne de télévision Sky News.

Vendredi, le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, et David Lidington, le secrétaire d'Etat auprès du cabinet de Mme May, ont toutefois assuré que Dublin et Londres étaient "très près" de s'entendre sur le problème de la frontière irlandaise.

Début octobre, la Banque d'Angleterre s'inquiétait de la faible progression des discussions, rappelant que les sociétés européennes ont passé l'équivalent de 69 000 milliards de livres d'engagements financiers via des chambres de compensation britanniques, qui devraient être transférés à des chambres européennes ou interrompus d'ici à la fin mars 2019, en cas d'absence d'accord.

Plus de 70 personnalités du monde des affaires ont signé une lettre dans le Sunday Times en vue de réclamer un vote du public sur les termes définitifs de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Selon cet accord, " l'UE garantirait aux entreprises britanniques l'accès aux marchés européens tant que la règlementation financière britannique reste (rait) largement alignée sur celle de l'Europe ".

Articles Liés