France: elle meurt d'un cancer après avoir reçu les poumons d'une fumeuse

France: elle meurt d'un cancer après avoir reçu les poumons d'une fumeuse

Un constat qui pousse les médecins à réclamer la "prudence" quant aux "greffes pulmonaires provenant de donneurs qui étaient des fumeurs actifs". Les médecins du CHU de Montpellier qui publient ce cas clinique exceptionnel alertent sur le risque de transplanter de tels organes.

La patiente était suivie depuis l'enfance pour une mucoviscidose, une maladie génétique qui touche principalement les poumons et le système digestif. Quelques semaines plus tôt, une autre étude rapportait qu'une femme atteinte d'un cancer du sein non diagnostiqué de son vivant avait transmis sa tumeur à quatre patients ayant reçu ses organes. Atteinte d'une mucoviscidose, elle avait bénéficié d'une double greffe pulmonaire suite à " une brusque diminution de ses capacités respiratoires", relate Le Monde qui se fait l'écho de la revue Lung Cancer. La donneuse, décédée d'une mort cérébrale, était en effet une "femme de 57 ans fumant un paquet par jour depuis 30 ans", selon l'étude.


Le cancer s'est par ailleurs développé particulièrement vite, ce que le Professeur Jean-Louis Pujol et ses collègues de l'unité d'oncologie thoracique et du service d'imagerie médicale de l'hôpital Arnaud de Villeneuve de Montpellier expliquent par le traitement immunosuppresseur suivi par la patiente afin d'éviter qu'elle ne rejette la greffe. La tumeur fait alors 112 centimètres cubes. Deux mois plus tard, elle décède d'un cancer du poumon sans qu'aucune thérapie ne puisse être tentée. "Le court délai entre la greffe des poumons et l'apparition de la première anomalie radiologique suggère que la carcinogenèse avait commencé au cours de la vie du donneur", ajoutent les auteurs des travaux.

Articles Liés