Hôpitaux : une prime pour réorienter les patients vers un généraliste ?

Hôpitaux : une prime pour réorienter les patients vers un généraliste ?

Cet amendement du rapporteur général Olivier Véran (LREM) instaure un " forfait de réorientation " destiné à inciter l'hôpital à orienter les patients qui ne relèvent pas des urgences vers la médecine de ville. La mesure est étudiée à l'Assemblée nationale depuis ce mardi 16 octobre dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Elle a reçu le soutien de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn. L'activité des urgences hospitalières des établissements de santé en France augmente de 2 à 3 % par an en moyenne. Mais l'amendement évalue à deux millions le nombre annuel de forfaits de réorientation, soit un coût d'environ 120 millions d'euros, à la charge de l'Assurance maladie. "Or, on estime qu'entre 25 et 30 % de ces patients ne relèvent pas du tout des urgences", a expliqué Olivier Véran".

Selon le quotidien, l'hôpital percevrait ce forfait "pour chaque patient venu aux urgences à qui aurait été proposé un rendez-vous dans un bref délai chez un médecin de ville, dans une maison médicale de garde ou auprès d'une consultation hospitalière spécialisée". " Un forfait de réorientation " Pour ce médecin de profession, la clef du problème est avant tout financière". Ce "forfait de réorientation" a pour objectif de désengorger les urgences.


Selon les prévisions, quelque 6 millions de patients pourraient ainsi être réorientés chaque année, soit presque une personne sur quatre prise en charge à l'hôpital.

Pour le principal syndicat de médecins libéraux, la CSMF, cette mesure est "une bien curieuse idée, digne du pays d'Ubu". ", a interrogé le syndicat dans un communiqué, estimant que les " structures regroupées " seraient "ainsi incitées à s'organiser pour accueillir des + urgences de ville + dans des conditions adéquates ".

Articles Liés