Une attaque qualifiée de "terroriste" fait près de 20 morts en Crimée

Une attaque qualifiée de

L'explosion a eu lieu en fin de matinée mercredi dans un collège technique de Kertch, une ville portuaire de la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par la Russie au détriment de l'Ukraine. De plus, le corps de l'auteur aurait été retrouvé dans la bibliothèque, après son suicide, une situation similaire à celle de la tuerie de Colombine.

Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux et provenant des caméras de vidéosurveillance de l'établissement, on peut voir un jeune homme aux cheveux courts, portant un tee-shirt blanc et un pantalon noir, dans un escalier, un fusil à la main.

Le bilan provisoire est de 19 morts et de 37 blessés, selon le ministère de la Santé qui n'a pas précisé si ces chiffres prenaient en compte le meurtrier présumé. "L'examen préliminaire des corps démontre qu'ils ont été tués par balles". "Cette version ne semble pas tout à fait abandonnée, le porte-parole du Comité antiterroriste russe, Andreï Prjezdomski, ayant indiqué à la chaîne de télévision RBK qu'un " engin explosif " avait été découvert dans le collège". J'ai entendu des tirs au premier étage. Le Collège polytechnique de Kertch est un établissement accueillant des élèves, généralement des adolescents, suivant des cursus techniques. "Cela mène à des tragédies dans ce genre", a-t-il déclaré jeudi, alors que les autorités russes ont renforcé ces dernières années leur tour de vis sur l'internet.


Sa mère, qui travaillait à l'hôpital lors des faits et procurait les premiers soins aux victimes du massacre, a rapidement été emmenée par la police et c'est alors qu'elle aurait tenté de s'ôter la vie, horrifiée par la nouvelle. "Son ex-petite amie, interrogée par la chaîne de télévision RT, a expliqué sous couvert d'anonymat que le jeune homme racontait " ne plus faire confiance aux gens depuis que des personnes dans sa classe avaient commencé à l'humilier parce qu'il n'était pas comme les autres ".

L'armée russe, citée par les agences de presse, a de son côté décidé d'envoyer 200 militaires tandis que les médias diffusaient des images de blindés et d'hommes en tenue de camouflage se déployant autour de Kertch. "Je veux présenter mes condoléances aux proches des victimes", a déclaré le président russe Vladimir Poutine au début d'une rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Sotchi, une station balnéaire de la mer Noire. Le Premier ministre de Crimée a annoncé sur sa page Facebook que trois jours de deuil seraient observés dans la péninsule. Cette affaire réveille en Russie le douloureux souvenir de Beslan, en Ossétie du Nord, où une prise d'otages par un commando tchétchène en 2004 avait fait plus de 330 morts, dont 186 enfants après l'assaut des forces russes.

Articles Liés