Google va faire payer les fabricants en Europe, sous certaines conditions — Android

Google va faire payer les fabricants en Europe, sous certaines conditions — Android

En effet, le 18 juillet dernier, la Commission européenne a donné 90 jours au géant technologique américain pour quil mette fin aux pratiques anticoncurrentielles auxquelles il se livrait au sein de lUE sous peine de se voir infliger des amendes pouvant représenter jusquà 5 % du chiffre daffaires journalier moyen mondial dAlphabet. Google a été accusé d'abuser de la position dominante de son système d'exploitation mobile Android afin de pousser l'utilisation de ses services.

Google prévoit en effet de facturer des frais à tous les fabricants de téléphones Android qui souhaitent inclure des versions gratuites de ses applications Google dans la version de l'OS destinée à équiper les smartphones vendus en Europe. En d'autres termes, les constructeurs ne seront plus forcés de préinstaller Chrome et Google Search s'ils veulent préinstaller les applications telles que Maps ou le Play Store. En revanche, la firme ne pourra plus interdire aux constructeurs utilisant ses applications de vendre en parallèle des appareils utilisant des versions Android qu'elle n'a pas approuvé. La G-suite et tout ce qui va avec sera donc optionnelle, avec lopportunité pour les smartphones Android de marques tels que Samsung, Huawei.de proposer des terminaux libres de toutes présence de Google.

Les industriels pourraient-ils désormais faire sans? Difficilement et Google peut donc en profiter pour rentabiliser encore un peu plus ses applications mobiles. Et la firme de Mountain View a activement contribué à les rendre incontournables.

D'autre part, Google va séparer les licences de Chrome et Google Search des licences de ses autres applis (dont le Play Store). Google a fait appel de cette décision.


Cela ne l'empêche pas, au motif de sa condamnation, de réclamer désormais aux constructeurs de smartphones qu'ils paient pour disposer par défaut de ses services - frais potentiellement amenés à être refacturés ensuite aux utilisateurs au travers du prix de vente du terminal.

Google fait appel de la décision de l'UE mais doit commencer à s'y conformer ou risquer davantage de sanctions. Google a fait appel de la décision, mais devance la Commission en présentant ces nouvelles mesures spécifiques au marché européen.

Ces nouvelles mesures entreront en vigueur dès le 29 octobre. Ces coûts de licence ne s'appliqueront pas à chaque application. Le moteur de recherche rappelle au passage que le système d'exploitation restera " gratuit et open-source ". "Comme auparavant, des applications concurrentes peuvent être préinstallées aux côtés des nôtres".

Il s'agit pourtant avant tout d'une décision prise par l'entreprise et des suites données par Google après avoir été reconnu coupable d'abus de position dominante - pour la seconde fois en Europe. Gratuité et obligation de préinstaller ses apps lui ont permis d'assoir sa domination dans la recherche sur mobile et la navigation. Jusqu'à présent, si un fabricant voulait proposer à ses clients le Play Store et Google Maps, il n'avait pas le choix que d'installer aussi Chrome et Recherche, autrement dit le pain et le beurre de Google.

Articles Liés