Tebas revient à la charge

Tebas revient à la charge

Le président de la Liga n'en démord pas, lorsqu'il a un message à faire passer, il le fait jusqu'à ce qu'il soit reçu cinq sur cinq par tout le monde.


Javier Tebas ne s'arrêtera que lorsque l'UEFA aura exclut le Paris Saint-Germain et Manchester City de la Ligue des Champions. La croisade du président de la Liga contre la tricherie des deux clubs appartenant à des puissances émiraties et qataries se poursuit donc. Ce n'est pas nouveau. Ce n'est pas nouveau et je l'ai déjà dit. Le comité d'appel de l'UEFA a rouvert l'enquête en disant qu'il fallait diminuer davantage la valorisation de leurs contrats. Et malheureusement, il a encore été invité par un journal à évoquer le cas du club parisien et de Manchester City. "Ils ont reconnu que les valeurs des contrats avec les sponsors avaient été gonflées". Cela ne m'inquiète pas trop. Ce qui m'inquiète est ce qui est en train d'arriver à l'industrie du foot, parce qu'ils pourraient arriver en finale sans tricher. "Il est possible qu'ils soient de grands clubs". Et le patron du football espagnol est prêt à tout mettre en oeuvre pour pousser l'UEFA a agir contre eux dans le cadre du Fair-Play Financier. Il a critiqué - et minimisé - la décision de Cristiano Ronaldo de quitter la Liga cet été pour rejoindre la Juventus. Il y a quatre ans, son départ m'aurait inquiété. "Là, c'est quatre. ou même trois". Une nouvelle fois, Javier Tebas fait parler de lui en cassant du sucre sur le dos de ses ennemis favoris.

Articles Liés