Soupçons de fraude et perquisitions en Belgique — Foot

Soupçons de fraude et perquisitions en Belgique — Foot

Des soupçons de matches truqués seraient à mettre en corrélation avec cette enquête.

Mogi Bayat, un visage très connu du football belge activement présent dans plusieurs dossiers à chaque mercato a été interpellé. Selon des infos de la DH, Mogi Bayat vient de faire appel à l'avocat Jean-Philippe Mayence.

44 perquisitions ont été effectuées dans tout le pays. Il a ainsi travaillé pour plusieurs clubs de D1, comme Anderlecht, Lokeren ou Gand. Les enquêteurs sont repartis du Standard vers 10h30 ce matin avec les documents demandés par la justice. La direction annonce qu'elle n'est pas inquiète suite à cette perquisition. Le parquet fédéral n'a cité aucun nom de club.


Beaucoup de personnes ont été touchées par l'enquête: des responsables de clubs, des agents de joueurs, des arbitres, un ancien avocat, un bureau comptable, un entraineur, des journalistes et quelques complices éventuels. Un dossier a en effet été ouvert par le parquet fédéral pour blanchiment d'argent. "Nous avons appris que leurs éditeurs les aidaient". Elle a donné lieu mercredi à une soixantaine de perquisitions dans sept pays européens (Belgique, France, Luxembourg, Chypre, Monténégro, Serbie et Macédoine), avec au total 220 policiers mobilisés. Des opérations simultanées à l'étranger coordonnées par Eurojust. Mais aussi à son propre domicile d'un certain Mogi Bayet, qui n'est autre que l'agent le plus influent et le plus actif sur le marché des transferts outre-Quiévrain (après avoir occupé le rôle de manager général à Charleroi), ainsi que deux arbitres de l'élite belge (Vertenten et Delferière) ou encore de Herman Van Holsbeeck, ancien manager d'Anderlecht. "Personnellement, je ne suis au courant de rien et il ne se passe rien chez nous", a-t-il ajouté. "J'attends des éclaircissements avant de me prononcer davantage".

L'enquête fédérale a débuté à la fin 2017, à la suite d'un rapport de l'Unité des fraudes sportives de la police fédérale. Ceux notamment du FC Bruges, du Standard de Liège, d'Anderlecht et de Genk, actuel leader de la Jupiler Pro League, la première division belge. Commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d'entraîneurs ainsi que d'autres versements.

Les investigations ont ensuite été étendues après "des indications d'influence possible sur les matches de la saison 2017-2018", précise le communiqué. Ces perquisitions bancaires et une perquisition dans les locaux d'une société commerciale ont été ordonnées par un juge d'instruction luxembourgeois.

Articles Liés