Les démentis s'enchaînent — Puce espion chinoise

Les démentis s'enchaînent — Puce espion chinoise

Bloomberg va devoir réagir vite s'il veut " valider " son article explosif sur des puces-espion pré-installées dans les serveurs utilisés par Apple ou Amazon. Ce hack extraordinaire aurait été possible en influant sur la production des cartes mères de Supermicro, une société californienne qui fabrique ses produits en Chine.


Ce scoop incroyable a provoqué un choc dans l'industrie informatique. Apple a vigoureusement nié le contenu de l'article, sans tourner autour du pot. Dans une lettre adressée au Sénat américain, le Vice-Président d'Apple en charge de la sécurité des données, George Stathakopoulos, a affirmé ce week-end qu'Apple avait conduit plusieurs enquêtes et n'avait jamais trouvé de preuve d'une telle attaque. " Les outils de sécurité propriétaires d'Apple recherchent en permanence ce type de trafic sortant, car il indique l'existence de programmes malveillants ou d'autres activités malveillantes. Nous n'avons jamais trouvé de composants modifiés ou de puces malicieuses dans nos data centers ".

Articles Liés