Le journaliste saoudien a été assassiné, d'après la police turque

Le journaliste saoudien a été assassiné, d'après la police turque

Selon la police turque, le journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, 59 ans, a été assassiné à l'ambassade d'Arabie saoudite d'Istanbul.

La tension continue de monter entre la Turquie et l'Arabie saoudite suite à la disparition de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien installé aux Etats-Unis et très critique vis-à-vis de Riyad. "La police estime dans ses premières conclusions que le journaliste a été tué au consulat par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée", selon cette même source.

L'agence de presse officielle saoudienne SPA a rapporté dimanche qu'un responsable du consulat d'Arabie saoudite avait démenti sous couvert de l'anonymat les informations selon lesquelles le journaliste aurait été tué. "Je ne suis pas sûr", a déclaré vendredi le prince héritier saoudien dans un entretien à l'agence Bloomberg, invitant les autorités turques à "fouiller" la représentation consulaire si nécessaire.

"Il est allé au consulat avec un rendez-vous, donc ils savaient quand il y serait", explique à l'AFP un proche du journaliste, Yasin Aktay, également une figure du Parti de la Justice et du Développement (AKP, au pouvoir). "Je suis l'affaire de près et quel que soit le résultat nous le communiquerons au monde", a promis M. Erdogan, se posant en parangon de la transparence, alors qu'il déclarait, il y a quelques jours devant des universitaires, que "médias et démocratie sont incompatibles".


"Jamal était - ou, comme nous l'espérons, est - un journaliste courageux et engagé". Le Royaume saoudien a créé la surprise en annonçant en août l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, en rappelant le sien et en gelant tout nouveau commerce ou investissement avec le Canada après la dénonciation par Ottawa de l'arrestation de militants saoudiens des droits de l'homme. Washington a indiqué qu'il suivait la situation de près même s'il n'était pas en mesure de confirmer le sort du journaliste. Le secrétaire général de Reporters sans Frontières (RSF), Christophe Deloire, a lui tweeté que si la piste de l'assassinat était confirmée, "il s'agirait d'un crime d'Etat d'un autre temps".

Ryad promeut une campagne de modernisation depuis que Mohammed ben Salmane a été désigné héritier du trône en 2017.

"Les officiels canadiens travaillent activement afin d'obtenir plus d'information", a-t-il ajouté.

Si les autorités saoudiennes ont classé les Frères musulmans comme "organisation terroriste", la Turquie est quant à elle considérée comme l'un de leurs principaux soutiens.

Articles Liés