Trump adore l'AEUMC après avoir brûlé l'Aléna — Commerce

Trump adore l'AEUMC après avoir brûlé l'Aléna — Commerce

Le nouvel accord commercial scellé dimanche soir (30 septembre) entre les États-Unis, le Canada et le Mexique s'appellera "Accord États-Unis-Mexique-Canada " (AEUMC) et succédera au traité signé en 1994. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a salué un accord "totalement bénéfique" pour les Canadiens. Puis, les Canadiens ont négocié d'arrache-pied avec les Américains. Cela permet de respecter un délai de 60 jours imposé par la loi avant la signature du document à la toute fin novembre par le président Donald Trump, le Premier ministre Justin Trudeau et le président mexicain sortant Enrique Peña Nieto.

Au moment où le président américain louait le texte au cours d'une longue conférence de presse consacrée essentiellement aux échanges commerciaux dans la roseraie de la Maison Blanche, apparaissaient les premières critiques mais aussi les premières questions sur un éventuel blocage au Congrès américain, qui après les législatives de novembre pourrait en partie repasser sous majorité de l'opposition démocrate.

"Le Canada et les États-Unis sont parvenus à un accord de principe, de concert avec le Mexique, sur un nouvel accord commercial moderne et adapté aux réalités du XXIe siècle", ont annoncé la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer.

Mais le nouvel accord doit être ratifié par les parlements des trois pays.


L'Aléna, un accord trilatéral liant les États-Unis, le Mexique et le Canada depuis 1994, était une des bêtes noires du président Donald Trump, qui l'accuse d'avoir causé la perte de millions d'emplois américains, notamment dans l'industrie automobile.

De son côté, la Fédération québécoise des municipalités s'est dite déçue du nouvel accord qui attaque directement les régions et les milieux ruraux au Québec et qui coûtera selon elle 300 M$ aux producteurs laitiers. Le nouveau texte prévoit des règles incitant à se fournir en matériaux et composants aux États-Unis et en Amérique du Nord. 2,6 millions de véhicules assemblés au Canada sont exemptés de douanes américaines. Le système des règles d'origine étant de vigueur. Il prévoit aussi une "recommandation" forçant le Mexique à augmenter les salariés du secteur pour réduire les écarts avec les voisins du nord mieux payés.

"L'AEUMC offrira à nos travailleurs, agriculteurs, éleveurs et entreprises un accord commercial de grande qualité qui donnera lieu à des marchés plus libres, à un commerce plus équitable et à une croissance économique solide dans notre région", souligne ce communiqué, publié seulement 90 minutes avant l'expiration d'une date butoir imposée par les États-Unis pour arriver à rallier le Canada au compromis déjà trouvé par Mexico et Washington.

Selon plusieurs sources concordantes canadiennes, Justin Trudeau aurait accepté de faire des concessions afin de permettre aux producteurs laitiers américains un accès a 3,4% du marché canadien.

Articles Liés