Libre-échange: Trudeau salue un accord "totalement bénéfique" pour les Canadiens

Libre-échange: Trudeau salue un accord

Justin Trudeau a accepté d'assouplir son marché laitier pour les producteurs américains, en échange notamment du maintien du système d'arbitrage des litiges commerciaux. Le Premier ministre Justin Trudeau, tout comme Mme Freeland, a répété régulièrement que pour le Canada, pas d'accord valait mieux qu'un mauvais accord.

"Beaucoup de progrès, mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré l'ambassadeur du Canada à Washington David MacNaughton, qui se trouvait avec la délégation canadienne rassemblée à Ottawa, avant de repartir pour Washington dans la soirée.

Le Globe and Mail écrivait samedi que les négociateurs canadiens et américains allaient discuter pendant tout le week-end, via une connexion vidéo sécurisée.

Ce dernier marathon de négociations s'est déroulé par téléphone, contrairement aux précédentes sessions qui se sont toutes tenues à Washington.

Son homologue mexicain, le président sortant Enrique Peña Nieto a évoqué un accord "gagnant-gagnant-gagnant" et le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui joue gros politiquement, a passé une heure à défendre ce texte "totalement bénéfique" pour les Canadiens.

"Je peux vous dire ceci: vous aurez demain matin des nouvelles, dans un sens ou dans l'autre, qui seront importantes et peut-être de nature à faire bouger les marchés", a-t-il dit dimanche sur Fox News, sans autre précision. Le conseiller a rappelé que la date butoir était fixée à dimanche soir minuit, afin de pouvoir transmettre au Congrès le texte de l'accord.


Le président américain Donald Trump a salué lundi l'accord commercial "le plus important de l'histoire des Etats-Unis" conclu in-extremis dimanche avec le Mexique et le Canada, pour remplacer un traité de libre-échange crucial pour les économies des trois pays et vieux de près de 25 ans.

"Nous sommes impatients de resserrer encore davantage les liens économiques étroits qui nous unissent lorsque ce nouvel accord sera mis en œuvre".

Selon ce journal, citant une source du milieu industriel américain, les Etats-Unis ont fait savoir à Ottawa qu'ils entendaient que la date butoir du 1er octobre soit respectée cette fois-ci et qu'ils pourraient rapidement mettre en place les taxes sur les exportations de l'industrie automobile canadienne si ce n'était pas le cas.

"Le Canada et les États-Unis sont parvenus à un accord de principe, de concert avec le Mexique, sur un nouvel accord commercial moderne et adapté aux réalités du XXIe siècle", ont annoncé la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer. Des concessions sur le secteur laitier seraient très mal accueillies au Québec, qui est appelé aux urnes lundi pour désigner le prochain gouvernement de la province francophone.

Sans abandonner son système dit de "gestion de l'offre", qui limite la production de lait, de volaille et d'oeufs pour assurer des revenus stables aux producteurs, le Canada a concédé une plus grande part de son marché à ses concurrents américains.

Articles Liés