La chasse suspendue dans les Ardennes — Peste porcine

La chasse suspendue dans les Ardennes — Peste porcine

S'il se répand, ce virus peut donc décimer des élevages porcins et s'accompagner de pertes économiques importantes.

Ces contaminations pourraient "être la conséquence d'introduction de restes de denrées alimentaires abandonnés par des voyageurs en provenance de zones infectées" plus à l'est. Le Département Nature et des Forêts a quant à lui renforcé les procédures de vigilance et d'observation.

→ Si l'on fait une découverte suspecte, il faut contacter le call-center du SPW au numéro 1718.

Le Boerenbond a également mis en garde jeudi contre l'avancée de la peste porcine africaine.

La peste porcine africaine, non contagieuse pour l'homme, se transmet d'un animal à un autre mais peut également se disséminer par des mouvements de véhicules, de personnes en provenance de zones infectées ou par l'intermédiaire de denrées alimentaires. Douze entreprises avaient alors été contaminées, 185 autres bloquées et plus de 30.000 porcs abattus.


La Commission européenne a indiqué que la Belgique, qui lui a signalé les deux cas, avait réclamé une équipe d'experts, laquelle "sera déployée ce week-end". "Nous avons aussi des craintes concernant les exportations de viande de porc car certains pays demandent déjà des contrôles supplémentaires, même si la maladie ne peut pas être transmise à l'homme".

Suite à la découverte des deux cas de peste porcine dans les bois d'Etalle, une réunion de concertation s'est tenue vendredi au cabinet du ministre wallon de l'Agriculture entre les représentants du ministère, de l'Agence fédérale pour la sécurité alimentaire (Afsca), des institutions régionales qui gèrent la forêt, des syndicats agricoles et des chasseurs. "Nous sommes bien préparés", a-t-elle affirmé, ajoutant que Berlin est en communication constante avec les autorités belges et la Commission européenne à ce sujet.

La situation est prise très au sérieux car "la confirmation de ce jour constitue une progression inédite de la maladie qui exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises ".

Stéphane Travert a aussi demandé à ce que des mesures de zonage, de restrictions de certaines activités comme la chasse et de surveillance renforcée des élevages et de la faune sauvage soient mises en place dans quatre départements frontaliers avec la Belgique. Il s'agira par exemple de rappeler "qu'on ne laisse pas rentrer dans un élevage toute personne ou tout véhicule qui n'y est pas strictement autorisé par l'exploitant, qu'on doit mettre un sas à l'entrée de chaque bâtiment d'élevage", ainsi que des mesures de nettoyage, de désinfection, de dératisation.

Dans la foulée, les éleveurs porcins avaient également tiré la sonnette d'alarme sur les risques de propagation en France et en Europe de l'Ouest du virus, qui touche huit pays d'Europe de l'Est (Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Roumanie), la Russie et la Chine.

Articles Liés