Ryanair menace de supprimer des emplois — Grève

Ryanair menace de supprimer des emplois — Grève

Cette date était évoquée depuis plusieurs jours déjà mais devait encore être officialisée.

Le mouvement devrait toucher la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, le Portugal et l'Italie et pourrait encore être rejoint par d'autres pays, comme l'Allemagne, ainsi que par des organisations de pilotes.

Bras de fer entre les salariés de Ryanair et leur patron. Soit environ 150 vols annulés en Belgique.

A l'appel de leur syndicat Vereinigung Cockpit (VC), les pilotes allemands de Ryanair observer une grève de 24 heures demain mercredi pour réclamer de meilleures conditions de travail. Il semble que ce soit aussi le cas en Italie.

"Nous ne sommes pas EasyJet (sa concurrente britannique, ndlr), nous ne nous écrasons pas à chaque fois que nous sommes sous la menace d'une grève", a déclaré le dirigeant. "Ils nous promettent pour 2022 la transformation des contrats en contrats nationaux c'est beaucoup trop tard pour nous", a expliqué à l'AFP M. Lambot.

Il a assuré que la direction de la première compagnie aérienne européenne avait accepté le principe d'une médiation et d'un arbitrage pour résoudre son conflit avec ses pilotes et son personnel de cabine en Allemagne, mais que ces derniers avaient refusé le médiateur proposé par la direction et décidé de faire grève. "Nous, on veut une application de la loi en 2019".


Pour le syndicat allemand, les accords négociés avec les pilotes irlandais et italiens le mois dernier ne peuvent pas servir de modèles pour l'Allemagne, car les questions clés sur la rémunération et les conditions de travail n'avaient pas été abordées. Ils doivent rencontrer la Commission européenne à 15 heures pour lui faire part de leurs griefs.

Les syndicats demandent également aux autorités locales et européennes d'agir "urgemment" contre "la seule multinationale en Europe à qui on ne fait pas respecter les lois". Les syndicats réitéreront leurs demandes d'actions de la part de l'exécutif européen et lui demanderont l'intervention d'un conciliateur européen indépendant afin de négocier tous ensemble avec la compagnie et non plus pays par pays. La réponse est selon eux, surprenante. De plus, les personnels de cabine, par l'intermédiaire des syndicats européens, ont annoncé la possibilité de l'instauration d'une grève par mois tant que leurs revendications ne seront pas entendues par la compagnie irlandaise.

"Si une grève du personnel de cabine a lieu le 28 septembre, une majorité des vols et des services de Ryanair fonctionneront normalement et nous transporterons l'immense majorité des 400.000 passagers prévus ce jour-là", indique le directeur du marketing Kenny Jacobs.

"Comme nous l'avons démontré en Allemagne hier, Ryanair va informer ses clients du faible nombre d'annulations", a ajouté la compagnie.

Rappelons toutefois que pour décoller un avion doit être pourvu du personnel navigant (pilote et copilote) et de minimum quatre membres du personnel de cabine (deux à l'avant, deux à l'arrière). Le directeur général de la compagnie, Michael O'Leary, a prévenu ce mercredi qu'il n'allait pas s'écraser devant les syndicats.

Une précédente grève organisée dans cinq pays européens le 10 août, en pleine période de congés estivaux, avait entraîné quelque 400 annulations de vol, affectant plus de 55.000 passagers.

Articles Liés