Prélèvement à la source: ratés et réactions en pagaille

Prélèvement à la source: ratés et réactions en pagaille

L'apparition dans la presse d'une note interne révèle de nombreuses erreurs lors de la phase de test. Testé depuis un an, le dispositif a alterné entre bons et très mauvais résultats, affirmeLe Parisien.

L'instauration du prélèvement de l'impôt à la source n'a décidément rien d'une sinécure.


Selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, 60% des Français sont favorables au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. "Le dispositif technique fonctionne, il est prêt!", écrit M. Darmanin. Des erreurs aux proportions extrêmement irrégulières d'un mois à l'autre, qui auraient par exemple été inexistante en janvier dernier, avant de culminer à 352.000 en février, puis de passer à 130.000 en mars. Oui, on est prêts. "C'est une question à laquelle collectivement nous devons répondre", a souligné Emmanuel Macron sur BFM TV.

"Si toutes les garanties techniques peuvent être apportées à 100% par le ministre des Comptes publics (Gérald Darmanin NDLR) et son administration, dans ce cas-là, le prélèvement à la source est une bonne mesure" a-t-il déclaré. C'est ce qu'affirme le ministère de l'Action et des Comptes publics dans une réaction transmise à l'AFP à un article publié samedi par Le Parisien. Le doute qui transpire de la réponse du chef du gouvernement contraste avec l'assurance de son ministre de l'Action et des. Ajoutant, sur France Inter: "Nous choisirons ensemble politiquement l'avancée ou l'arrêt, puisque le président de la République l'a évoqué, de la réforme". "Je n'y crois pas une seconde [.] Sinon la DGFIP [Direction générale des finances publiques, NDLR] aurait, depuis longtemps, alerté sur d'éventuelles difficultés [.] Toute cette histoire n'est donc qu'une affaire politique ", estime l'ancien ministre de François Hollande dans une interview publiée samedi par Libération. La question des particuliers employeurs qui devraient disposer d'un traitement à part, comme l'avait annoncé Gérald Damanin dans la Croix n'est toujours pas réglée non plus. Donc on ne voit pas pourquoi la réforme serait interrompue à 4 mois de sa mise en œuvre. "Il y a un check-up pour vérifier que tout est en ligne, et le président de la République a demandé effectivement de vérifier que tout va fonctionner bien et est bien compris par les Français", a-t-elle affirmé lors de l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI". "Je ne veux pas compliquer la tâche de ceux qui hésitent encore, mais cette réforme était prête".

Articles Liés