L’administration Trump annonce des sanctions contre la Russie — Affaire Skripal

L’administration Trump annonce des sanctions contre la Russie — Affaire Skripal

Londres a salué les nouvelles mesures américaines: "Une réponse internationale forte à l'utilisation d'armes chimiques dans les rues de Salisbury envoie un message univoque à la Russie, que son attitude impétueuse ne restera pas sans réponse", a déclaré un porte-parole du gouvernement. Et alors que la Russie commençait à s'inquiéter des initiatives de parlementaires américains prompts à vouloir la punir, l'attaque est venue de l'administration elle-même.

En outre, Moscou développera une nouvelle réponse aux sanctions américaines sur la base des actions de Washington, son but ne pas consistant à compliquer davantage les relations bilatérales, a précisé Mme Zakharova.

La Russie a d'ores et déjà averti qu'elle préparait une réplique à ces mesures punitives liées à l'empoisonnement début mars à Salisbury, au Royaume-Uni, de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

" Nous avons toujours dit très clairement que nous étions d'accord avec la conclusion qu'il s'agissait de l'agent Novitchok et que le coupable était en fin de compte la Fédération de Russie", a déclaré mercredi à la presse un haut responsable du département d'État.

Les sanctions envisagées, qui portent sur l'exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l'équipement électroniques, pourraient coûter "des centaines de millions de dollars" à l'économie russe, a indiqué un responsable américain ayant requis l'anonymat. Par exemple? Interdiction pour les compagnies aériennes russes d'utiliser les aéroports US.

L'annonce de nouvelles sanctions avait provoqué un coup de froid jeudi à l'ouverture des marchés financiers russes, avant un retour au calme progressif en cours de journée.

Le haut responsable du département d'Etat a dit espérer qu'il ne serait pas nécessaire d'en arriver à ce deuxième stade.


Moins d'un mois après les échanges d'amabilités pendant le sommet d'Helsinki entre Donald Trump et Vladimir Poutine, l'heure est de nouveau à la confrontation.

Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, a ajouté que ces sanctions étaient "illégales et qu'elles ne correspondaient pas au droit international".

Les nouvelles mesures restrictives seront divisées en deux parties.

Sur le marché des devises, l'annonce américaine a fait dévisser le rouble, tombé au plus bas depuis deux ans.

"Le système financier russe est suffisamment solide: il a montré sa solidité dans des moments assez difficiles", a tempéré M. Peskov alors que la Russie est soumise à des sanctions de plus en plus strictes depuis l'annexion de la Crimée en 2014. Washington va imposer des sanctions économiques contre Moscou, qui nie être lié à l'empoisonnement de l'ex-agent secret russe.

Moscou, qui espérait qu'une victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle de novembre 2016 contribuerait à une relance des relations russo-américaines, réalise à présent que le président américain, à l'approche des élections de mi-mandat de début novembre, est sommé par des élus républicains au Congrès de démontrer qu'il est sur une ligne dure face à la Russie. Et "il faut désormais s'attendre à tout" de sa part.

Articles Liés