Les pilotes allemands entrent dans la grève — Ryanair

Les pilotes allemands entrent dans la grève — Ryanair

Le directeur du marketing Kenny Jacobs a dit que Ryanair voulait encore se développer en Allemagne et qu'il était encore trop tôt pour dire si la grève dans ce pays affecterait les réservations à terme.

Les pilotes allemands de Ryanair se mettront en grève pour 24 heures à partir de vendredi, se joignant ainsi aux mobilisations déjà prévues en Irlande, en Suède et en Belgique. Pour l'Allemagne, 480 pilotes basés dans une dizaine d'aéroports allemands sont appelés par le syndicat Vereinigung Cockpit (VC) à cesser le travail de vendredi 01H01 GMT (03H01 locale) au samedi 11 août à 00H59 GMT (02H59 locale).

"Nous espérons que la grève conduira Ryanair à accepter l'idée d'un compromis et à entamer des négociations sérieuses", a dit le président du syndicat allemand, Martin Locher.


Selon lui, le syndicat a décidé d'aller au conflit malgré une proposition de convention collective révisée présentée le 3 août, trois jours avant l'expiration de l'ultimatum posé par les pilotes. Les salaires peuvent atteindre 190.000 euros par an et sont en moyenne de 150.000 euros par an. La compagnie aérienne à bas coûts irlandaise s'est dite "obligée" d'agir de la sorte. Des stewards et hôtesses de Belgique, Espagne, Portugal et Italie se sont élevés contre leur direction et demandent à être asujettis au droit du travail du pays où ils sont employés, et non celui de l'Irlande, moins avantageux pour eux.

Ryanair avait alors dû annuler près de 600 vols, touchant quelque 100.000 passagers. La semaine dernière et en juillet, Ryanair a fait face à une grève de ses pilotes irlandais aux conséquences limitées. Un conflit social ouvert depuis septembre 2017 Le malaise au sein du groupe a éclaté au grand jour à la suite d'un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017, qui a entraîné un grave conflit social et des annulations portant au total sur 20 000 vols dans les mois qui ont suivi.

Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des pourparlers avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître. Au cours des courtes négociations, "Ryanair n'a jamais montré de marges de manoeuvre permettant de trouver des solutions", a-t-il ajouté. "Ryanair est donc totalement responsable de l'escalade ", a martelé Martin Locher. Il a aussi promis qu'à Noël tous les pilotes allemands disposeront de contrat Ryanair en bonne et due forme, contre 80% aujourd'hui.

Articles Liés