Brexit : Risque élevé d'une absence d'accord

Brexit : Risque élevé d'une absence d'accord

Jeudi, l'institution a décidé à l'unanimité, et sans surprise, de relever son taux d'intérêt de 0,25 point à 0,75%, pour la deuxième fois depuis la crise financière, se gardant des marges de manoeuvre pour affronter les potentielles turbulences du Brexit. Le comité de la Banque d'Angleterre a aussi décidé de maintenir à l'unanimité ses programmes de rachats d'actifs: elle a déjà racheté pour 434 milliards de livres de "gilts", les bons du Trésor britanniques et 10 milliards d'obligations corporate.

La BoE a expliqué que si l'économie britannique enregistrait une croissance moindre que pendant la période qui a précédé le référendum sur le Brexit, elle était néanmoins proche de sa "vitesse maximale" ou de ses pleines capacités, ce qui renforce les perspectives de montée des pressions inflationnistes. La BoE table sur une croissance de 1,8 % cette année, une prévision qui avait abaissée à 1,7 % en mai.

Le risque d'une absence d'accord sur le Brexit est "inconfortablement élevé" et "indésirable", même si un tel scénario reste "improbable", a prévenu vendredi le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney. Elle n'a pas modifié sa prévision pour l'an prochain, à 1,4 %, soit un net ralentissement.

Concernant l'inflation, elle a également relevé de 0,1 point ses prévisions pour le dernier trimestre de 2018 et 2019, à respectivement 2,3% et 2,2%.


Le comité de politique monétaire s'est par ailleurs inquiété "des premiers signes selon lesquels les politiques protectionnistes actuelles et futures commencent à avoir un impact négatif". Alors que la hausse des prix s'est élevée à 2,4% sur un an en juin, soit le 17e mois consécutif au-dessus de la cible des 2%, le CPM continue d'invoquer "une pression des coûts extérieurs résultant de la dépréciation de la livre et d'une hausse des prix de l'énergie".

Alors quune nouvelle hausse de taux depuis novembre dernier était attendue à 7 voix contre 2 outre-Manche, la Banque dAngleterre (BoE) a finalement voté à lunanimité un nouveau tour de vis quun quart de point (à 0.75%), accompagnant toutefois sa décision dun maintien du QE et d'une rhétorique particulièrement prudente.

La banque centrale a prévenu que l'économie "pourrait être significativement influencée par la réponse des ménages, des entreprises et des marchés financiers" aux informations sur le Brexit.

Le gouverneur a relevé que "les entreprises ont investi bien moins" qu'en temps normal, dans un contexte où les négociations sur le Brexit patinent.

Articles Liés