L'Iran à Trump : " les effets d'annonce ne fonctionneront pas "

L'Iran à Trump :

Il faut dire que, dès le lendemain de l'annonce par le président américain du retrait unilatéral de ce qu'il qualifie comme "le pire accord auquel ont souscrit les Etats-Unis", assorti de promesses solennelles sur un rétablissement des sanctions ainsi que la mise en oeuvre de nouvelles, l'Iran réagit avec une extrême froideur aux appels du pieds répétés du maître de la Maison-Blanche quand bien même celui-ci se dit maintenant prêt à des discussions sans conditions préalables. Rien de semblable dans la République islamique iranienne, s'agissant d'une démocratie parlementaire qu'agitent divers courants et tendances, le guide Khamenei contredisant souvent le président Rohanij, quand ce n'est pas l'inverse.

Toutefois, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bahram Ghasemi a déclaré lundi, avant la déclaration de Trump, que les pourparlers avec l'administration américaine actuelle étaient impossibles.

Le président américain a fait cette annonce surprise lundi, une semaine après avoir échangé avec le président iranien des tweets au ton très martial. C'était un accord ridicule. "Je crois aux rencontres", a-t-il dit. "Même les présidents américains après vous ne connaîtront pas ce jour", a-t-il ajouté.

Le président américain, Donald Trump, concocte une autre rencontre historique, après le rapprochement avec le leader nord-coréen, Kim Jong Un.


"Compte tenu des mauvaises expériences que nous avons eues dans les négociations avec les Etats-Unis et compte tenu des entorses que les représentants américains ont faites à leurs engagements, il est naturel que nous considérions cette proposition comme sans valeur", a commenté Kamal Kharrazi cité par Fars. En effet, l'Iran n'acceptera pas de discussions avec Donald Trump si Washington ne fait pas son retour dans l'accord nucléaire.

Une manière de dire que le président Trump doit cesser ses menaces et respecter l'Iran pour entamer un dialogue entre les deux pays, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

"Le respect de la grande nation iranienne, la réduction des hostilités, le retour des Etats-Unis dans l'accord nucléaire... Mais je ne sais pas s'ils y sont prêts", a précisé Donald Trump.

Ce message faisait suite à une allocution d'Hassan Rohani, dans lequel le président iranien mettait les États-Unis en garde contre une politique hostile à l'égard de son pays, qui risquait de conduire "à la mère de toutes les guerres". Washington reproche à Téhéran son rôle jugé "déstabilisateur" au Moyen-Orient et a dressé une liste de douze conditions draconiennes pour un nouvel accord avec l'Iran.

Articles Liés