Protégez-vous, elles sont en forte hausse — Infections sexuellement transmissibles

Protégez-vous, elles sont en forte hausse — Infections sexuellement transmissibles

Un bilan qui a donc triplé en quatre ans, pour plusieurs raisons.

Tous ces chiffres sont sans doute en deçà de la réalité, a prévenu Santé publique France dans un communiqué. En se propageant à l'utérus et dans les voies génitales, l'IST est responsable d'un tiers des grossesses extra-utérine, et augmente le risque: de douleurs pelviennes chroniques, d'infections génitales hautes et d'une infertilité définitive. Hier mercredi, Santé publique France a dévoilé de nouveaux chiffres montrant l'explosion des MST: les infections à chlamydia trachomatis et à gonocoque (aka la chaude pisse) ont triplé entre 2012 et 2016 en France.

La Chlamydia (infection bactérienne) touche majoritairement des femmes entre 15 et 14 ans et plus particulièrement les Franciliennes. L'Ile-de-France et la Guadeloupe sont les régions les plus affectées.


Pour les infections à gonocoque, le nombre de diagnostics était de 15.067 en 2012 et de 49.628 en 2016 (91 pour 100.000 habitants de 15 ans et plus). De même, ces infections sont fréquemment dénuées de symptômes, entraînant le non-traitement des personnes touchées. Toute personne sexuellement active peut donc sans le savoir être porteuse d'une IST et contaminer son partenaire. Elle se manifeste dans la semaine de la contamination.

Le reste du temps, les bactéries sont à l'origine de pertes vaginales, d'écoulements par le vagin, le pénis ou l'anus, de rougeurs au niveau des muqueuses et de douleurs au moment d'uriner. Alors, comment se faire dépister? Celui-ci peut être effectué par son médecin traitant ou son gynécologue ou encore dans les Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) et les centres du planning familial. Ainsi, seul l'usage d'un préservatif, qu'il soit masculin ou féminin (dans ce cas, le préservatif féminin ne protège pas lors d'une fellation), protège d'une infection. Santé Public France rappelle que le préservatif et le dépistage sont les moyens les plus efficaces pour lutter contre les infections sexuellement transmissibles. L'objectif? Mieux ancrer l'usage des préservatifs dans les habitudes de vie des jeunes. La campagne digitale, du 18 juillet au 17 août met en scène de manière ludique le préservatif en démontrant ses qualités intrinsèques (résistance, imperméabilité...).

Articles Liés