Actualités du monde : Migrants: nouveau bras de fer entre Rome et Malte

Actualités du monde : Migrants: nouveau bras de fer entre Rome et Malte

Dans quel port seront débarquées les 450 personnes retrouvées dans les eaux internationales à bord d'une embarcation en bois? Un nouveau bras de fer concernant le sort de quelque 450 migrants oppose, samedi, l'Italie à Malte après le transbordement de ces personnes sur deux navires militaires dans les eaux italiennes.

Le 14 juillet, le président du Conseil des ministres italien Giuseppe Conte a publié sur son compte Facebook sa lettre adressée aux dirigeants européens ainsi qu'à Jean-Claude Juncker et à Donald Tusk, respectivement président de la Commission européenne et président du Conseil européen.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), les migrants débarqués à Pozzallo, originaires principalement d'Erythrée et de Somalie, se trouvent dans un grand état de faiblesse: malnutrition, déshydratation, gale et séquelles des abus subis dans des centres de détention informels en Libye.

Dans un premier temps le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini avait insisté auprès de M. Conte pour que les deux navires aient pour instruction de " faire route vers le sud, la Libye ou Malte ". S'en est suivi un échange de messages, courriels et appels téléphoniques entre les autorités italiennes et maltaises, Rome tentant de faire prendre la responsabilité de ces migrants à Malte.

Après l'Aquarius et le Lifeline, une nouvelle embarcation avec 450 migrants à bord fait l'objet de tractations entre Malte et l'Italie qui refusent tous les deux de l'accueillir.


La décision du gouvernement italien fait suite à l'engagement de cinq pays de l'Union européenne - la France, l'Espagne, le Portugal, Malte et l'Allemagne - de prendre chacun 50 migrants.

Malte a répliqué en affirmant que l'embarcation était bien plus proche de l'île italienne de Lampedusa que de son propre territoire, soulignant que les migrants ne voulaient pas d'aide maltaise, mais souhaitaient poursuivre leur route vers l'Italie.

Depuis samedi matin, les deux navires militaires sur lesquels les migrants ont été transbordés restaient proches des côtes siciliennes dans l'attente d'une solution définitive.

En poste depuis le 1er juin, Matteo Salvini, qui veut réduire à zéro le nombre de migrants arrivant sur les côtes italiennes, a décidé il y a un mois d'interdire l'accès aux ports italiens aux ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée.

Articles Liés