L'extradition de Carles Puigdemont en Espagne autorisée par la justice allemande

L'extradition de Carles Puigdemont en Espagne autorisée par la justice allemande

La justice allemande a autorisé jeudi son extradition vers l'Espagne pour malversation mais non pour rébellion, chef pour lequel il est inculpé en Espagne et qui est très lourdement sanctionné. Il se trouve en Allemagne depuis son interpellation en mars dans le Schleswig-Holstein alors qu'il revenait d'un déplacement en Finlande, en voiture, en route pour la Belgique où il s'était installé pour échapper à la justice de son pays.

Lire aussi - Va-t-on vers l'apaisement entre Madrid et la Catalogne?

Les juges allemands ont également rejeté les arguments de Carles Puigdemont, qui estimait que son extradition devait être interdite, car il se dit victime de poursuites politiques. L'un de ses avocats, Jaume Alonso-Cuevillas a indiqué qu'un recours devant la Cour constitutionnelle allemande était en préparation. Même en Espagne l'accusation de rébellion est sujette à débat.

Le successeur de Puigdemont à la tête du gouvernement catalan, Quim Torra, a de son côté assuré sur Twitter que la décision de la justice allemande "démontre une fois de plus les tromperies et les mensonges de poursuites judiciaires qui n'auraient jamais dû être entamées". Le parquet estime qu'il "est aberrant de porter (une telle accusation) contre l'Etat espagnol, membre de la communauté de valeur et de l'espace juridique de l'Union européenne".


Les avocats de M. Puigdemont ont dès lors critiqué la décision rendue lundi.

Le procureur allemand doit désormais organiser la remise du leader catalan aux autorités espagnoles.

"Nous sommes convaincus que l'Allemagne ne doit pas prendre part à la criminalisation d'un comportement démocratique (ndlr, l'organisation d'un référendum) et qu'elle ne doit pas se mêler de querelles explosives internes à l'Espagne". Le 1er octobre, le "oui" l'avait emporté pour l'indépendance de la Catalogne dans le cadre d'un référendum interdit par le pouvoir espagnol.

En réaction, Carles Puigdemont a annoncé qu'il se battrait "jusqu'au bout" contre cette décision.

Articles Liés