"Le nouveau moteur nous a remis au niveau" — Lewis Hamilton (Mercedes)

Une fois tous les leaders passés aux stands, Hamilton devançait Verstappen, Ricciardo, Vettel, Räikkönen et Bottas. Ils ont tous les deux pris les pneus tendres, les plus durs ce week-end. Accrochages divers et variés, favoris éjectés, Français coulés... Vandoorne reste 15e avec ses 8 points. Cela l'a mis à l'abri du retour de Kimi Räikkönen en fin de course.

Räikkönen a comblé l'écart qui le séparait de Ricciardo et il l'a doublé (vidéo).

Mine de rien, Kevin Magnussen s'impose cette saison comme le pilote n°1 de Haas. Confortablement installé en tête devant Max Verstappen, Hamilton, lui gérait à merveille sa course tandis que Vettel, lui, amorçait une impressionnante remontée. Une mauvaise opération dans la course au titre, forcément, mais l'Allemand saura se satisfaire d'avoir limité les dégâts et évité le zéro pointé après son erreur au départ. Le pilote Mercedes a survolé le week-end et affole les compteurs. Il a confirmé dimanche, réussissant à maintenir sa Sauber dans le top 10 (10e) après une course globalement maîtrisée.

Devant le public français, avec une tribune entièrement à ses couleurs, Renault voulait briller.

Au classement des constructeurs, Mercedes (237 points) précède Ferrari (214) et Red Bull (164).

Nico Hülkenberg prend la neuvième place. Sebastian Vettel et Valtteri Bottas ont dû remonter dans le classement après un accrochage au départ. L'Allemand a cassé son aileron avant et Bottas a fait un tête-à-queue, avec une crevaison à l'arrière-gauche. Pourtant 2 au départ, le pilote s'est accroché avec Sébastian Vettel (Ferrari) dès le premier virage du circuit et a terminé 7, après deux arrêts aux stands.


C'est vraiment bien de voir autant de monde ici pour le Grand Prix de France. Et c'est encore plus rageant quand on sait qu'ils se sont éliminés entre eux.

Les Français Pierre Gasly (Toro Rosso) et Esteban Ocon (Force India) ont été contraints à l'abandon après s'être accrochés dès les premiers virages de ce Grand Prix.

Le pilote québécois a quand même été classé 17e de l'épreuve. Les 65.000 spectateurs présents espéraient mieux.

Une semaine après avoir gagné les 24 Heures du Mans, le retour en France n'a pas souri à Fernando Alonso.

Après cinq tours sous voiture de sécurité, la course a pu reprendre. Les Williams de Sergey Sirotkin et Lance Stroll ferment la marche.

Articles Liés