Santé. L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS

Santé. L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS

Passer des jours et des nuits sur sa console, et oublier de manger ou de dormir. "Nous ne disons pas que toute habitude de jouer aux jeux vidéo est pathologique", a-t-il souligné.

L'addiction aux jeux vidéo a été formellement reconnue lundi comme maladie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au même titre que celle à la cocaïne ou aux jeux d'argent, a-t-on appris auprès de l'institution internationale.

Selon Shekhar Saxena, la décision d'ajouter l'addiction aux jeux vidéo à la CIM a été prise après avoir consulté de nombreux experts de par le monde et "examiné la littérature de manière exhaustive".

L'antenne de l'ONU précise dans un autre paragraphe que pour que ce trouble soit diagnostiqué, il faut que le comportement soit " d'une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d'autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d'au moins 12 mois ". Cependant, l'OMS a une définition particulière du trouble, qui doit répondre à trois critères: une perte de contrôle sur la vie, une priorité croissante accordée aux jeux et une poursuite de la pratique en dépit des conséquences négatives.

"La personne joue tellement que d'autres centres d'intérêt et activités sont délaissées, y compris le sommeil et les repas", a expliqué M. Saxena. Ces joueurs compulsifs sont alors incapables de se détacher de leur écran au point de risquer pour mettre leur santé en jeu.


Le trouble du jeu vidéo a pour sa part été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance.

Dans une étude publiée cette année sur le site internet de la Société pour l'amélioration des sciences de la psychologie (États-Unis), 36 chercheurs ont jugé les preuves insuffisantes.

Mais en tout cas, comme ce trouble est désormais classé par l'OMS, les médecins pourront plus facilement le diagnostiquer. Yann Leroux évoque également des familles d'enfants autistes qui racontent à quel point le jeu vidéo à aider leur enfant à avoir de meilleures interactions sociales.

La CIM, une liste de quelque 55.000 types de blessures, maladies, affections ou causes de mort, est largement utilisée comme référence par la communauté médicale et les assureurs.

Articles Liés