La ministre de la Santé veut fermer les coffee shops — Cannabis

La ministre de la Santé veut fermer les coffee shops — Cannabis

Les coffee shops ont la côte un peu partout en France.

Agnès Buzyn a souligné que le droit français autorisait les utilisations industrielles du chanvre, dont est extrait le cannabis, "quand il contient moins de 0,2% de THC (principe actif du cannabis)". "Il faut qu'on trouve le bon moyen (.) ils n'ont pas à vendre des produits contenant du THC", a-t-elle dit. Ces établisselent "détournent le droit" en disant que leurs cigarettes contiennent moins de 0,2 % de THC, a-t-elle affirmé. "Il va falloir qu'on revoie la législation et revoir comment on met de l'ordre dans tout cela", a-t-elle dit. Mais elle a répété sons opposition à toute légalisation du cannabis récréatif, "parce que je pense que c'est un produit toxique et dangereux, qui entraîne des troubles cognitifs majeurs chez des jeunes, un grand nombre d'accidents de la route..."

Très loin du débat, qui n'a pas eu lieu en France, sur le cannabis CBD qui peut au contraire permettre à une partie des millions d'usagers du cannabis classique (dont personne ne nie les effets, notamment chez les jeunes) de panacher leur consommation avec un produit cousin qui n'est pas un stupéfiant.


Une enquête préliminaire a été ouverte le 11 juin contre une de ces boutiques à Paris quelques jours après son ouverture, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information du Journal du dimanche.

"Le parquet de Paris a confié à la BSP (brigade des stupéfiants et du proxénétisme) le soin de vérifier si les conditions légales de vente de certaines formes de cannabis sont respectées par l'établissement concerné", a déclaré la source à Reuters. Le projet du gouvernement prévoit d'exclure les mineurs du champ de cette amende forfaitaire, qui "sera possible y compris en cas de récidive". Le petit bout de la lorgnette.

Articles Liés