Singapour : Donald Trump et Kim Jong-Un signent un document commun

Singapour : Donald Trump et Kim Jong-Un signent un document commun

" La signature de Donald Trump ressemble au tracé d'un électrocardiogramme, elle interpelle et trahit le désir de Donald Trump de donner une image forte et combative de lui, un besoin d'omniprésence et une envie irrépressible d'avoir de l'impact sur autrui". Mais à la veille du sommet, la Maison-Blanche a révélé que le président partirait de Singapour mardi soir plutôt que mercredi matin, ce qui signifie que le temps passé avec le dirigeant nord-coréen sera beaucoup plus court. Il a également déclaré qu'il chercherait à établir un dialogue avec Pyongyang.

Si ces craintes se justifient, ce serait dommage pour la paix dans cette partie du monde et pour les économies des Etats africains qui ont réduit ou arrêté malgré eux leur coopération multilatérale avec la Corée du Nord alors qu'ils ont une dépendance technologique vis-à-vis de ce pays dans plusieurs domaines.

Aussitôt lors d'une conférence de presse post-sommet, Donald Trump a annoncé qu'il mettra fin, à terme, aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme "très provocateurs" à l'égard de la Corée du Nord. " Si Tokyo change de position en fonction des orientations américaines, il perdra toute crédibilité d'acteur dans la stabilisation de la région ", écrivait le quotidien Asahi Shimbun avant le sommet de Singapour.

"Kim Jong-un a invité Trump à effectuer une visite à Pyongyang à un moment opportun et Trump a invité Kim Jong-un à venir aux États-Unis", a indiqué KCNA. " Je sais que nous allons remporter un grand succès ensemble et que nous allons résoudre un gros problème, qui n'avait pu être résolu jusqu'à maintenant ", s'est félicité le président américain, qui se vante d'avoir développé une "relation très spéciale " avec son homologue.

Et face aux critiques sur la vague formulation du texte signé par les deux dirigeants, M. Pompeo a dit que "complète englobe vérifiable et irréversible". Rencontrer Kim Jong Un était une expérience intéressante et très positive.


Devant une série de drapeaux américains et nord-coréens en alternance, les deux hommes ont réalisé une ferme poignée de main pour les photographes avant une rencontre qui pourrait être déterminante pour une voie vers une paix historique ou pour un accroissement de la menace nucléaire. Mais Kim Jong-un et la plupart des autres chefs d'État ne sont pas aussi étriqués d'esprit -ou aussi naïfs. Kim Jong-Un a su se servir de ce qui était immoral et illégal, la construction d'un arsenal nucléaire, pour devenir quelqu'un avec qui les négociations sont possibles et ainsi faire son entrée sur la scène internationale.

Et si, en dépit de préparatifs chaotiques, des signaux parfois contradictoires envoyés par l'administration Trump, d'une annulation suivie presque immédiatement d'une reprise des contacts, ce président atypique réussissait là où tous ses prédécesseurs ont échoué?

Les relations désastreuses entre les deux pays se sont étalées " sur la période la plus longue " de l'histoire, a écrit KCNA, ajoutant que le sommet de mardi permettra " un tournant radical dans les relations extrêmement hostiles " entre les deux pays.

Une déclaration grandiloquente qui suscitent des doutes, puisqu'aucun détail ou calendrier sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne n'est connu.

Articles Liés