Les chercheurs alertent sur la disparition des baobabs millénaires d'Afrique

Les chercheurs alertent sur la disparition des baobabs millénaires d'Afrique

Leur grandeur majestueuse ne suffit plus à les protéger. Dans une étude publiée dans la revue Nature Plants, une équipe de chercheurs alerte, ce lundi 11 juin, sur la disparition de la grande majorité des plus vieux baobabs d'Afrique qui se meurent depuis une dizaine d'années. "Il est choquant et spectaculaire d'assister au cours de notre vie à la disparition de tant d'arbres d'âges millénaires", explique à l'AFP Adrian Patrut de l'université Babeș-Bolyai en Roumanie, coauteur de l'étude.

Capables d'atteindre un âge proche de 2.000 ans, les baobabs sont l'un des principaux emblèmes des savanes où ils se dressent fièrement et sont visibles à une distance de plusieurs kilomètres.

Ainsi, neuf des treize plus vieux baobabs sont partiellement ou totalement morts.


Trois arbres célèbres en font partie à savoir celui du Zimbabwe appelé Panke qui affiche déjà 2.450 ans, le baobab le plus gros du monde avec un tronc de plus de 10 mètres de diamètres de l'Afrique du Sud y figure aussi, et enfin, le baobab Chapman au Botswana, qui est listé comme monument national.

Les chercheurs ont découvert cette situation en étudiant ces arbres pour percer le secret de leurs incroyables mensurations.

"Nous pensons que la disparition des baobabs monumentaux pourrait être associée, au moins en partie, à des modifications significatives des conditions climatiques qui affectent particulièrement l'Afrique australe", ont-ils noté. Entre 2005 et 2017, Adrian Patrut et ses collègues ont analysé tous les plus grands (et donc généralement les plus vieux) baobabs d'Afrique, plus de 60 en tout. Des fragments dont ils ont ensuite défini l'âge à l'aide de la datation au carbone. Ces tiges ou troncs, souvent d'âges différents, fusionnent ensuite ensemble. Toutefois, même s'ils citent comme éventualité le dérèglement climatique, les chercheurs ont été incapables de se fixer définitivement sur les causes du phénomène. Une fois que les nouveaux apparaissent, les anciens tiges et troncs ne font qu'un avec, permettant ainsi à l'arbre de vivre très longtemps. Changement climatique qui rendrait aussi les légumes plus rares à l'avenir, selon une autre étude. La région dans laquelle les arbres millénaires sont morts "est l'une de celles où le réchauffement est le plus rapide en Afrique".

Articles Liés