Tennis - Nadal file en demi-finales à Roland Garros

Tennis - Nadal file en demi-finales à Roland Garros

Juan Martin Del Potro n'avait plus connu ce plaisir depuis 2009.

Del Potro a par ailleurs rassuré sur sa hanche gauche, qu'il s'était visiblement bloquée en tout début de partie, sur une reprise d'appuis.

"Quand je vois mon nom parmi les meilleurs joueurs du monde, derrière Roger (Federer) et Rafa (Nadal), les mêmes qu'il y a dix ans et qui sont les meilleurs de l'histoire, ça fait une jolie photo", a-t-il souri. C'était face à l'Argentin Diego Schwartzman (12e) en quarts de finale.

C'est parti pour la deuxième demi-finale Hommes, entre deux vainqueurs de Grand Chelem. Il avait le contrôle du match, il prenait la balle plus tôt que moi.

C'est le rendez-vous des amoureux de la terre battue.


Dimanche, Nadal croisera le fer avec l'Autrichien Dominic Thiem, septième tête de série. A Miami, il atteint les demi-finales et décide de prendre du repos après tous les efforts fournis sur dur. Opposée à Madison Keys, l'Américaine s'est imposée en deux manches bien menées: 6-4, 6-4 et 1h19 de jeu. L'année dernière, contre Nadal (6-3, 6-4, 6-0).

Cette année, il est arrivé à Paris dans la peau d'une des rares sérieuses menaces pour Nadal. Puis il a dû écarter le renaissant Japonais Kei Nishikori en huitièmes de finale.

Le miraculé du tennis, qui avait subi une première intervention chirurgicale au poignet droit (2010), ne savait pas jusqu'au dernier moment s'il allait jouer Roland-Garros, en raison d'une blessure à l'adducteur gauche contractée à Rome.

La deuxième manche s'est jouée au jeu décisif. Le calvaire de Del Potro. Il a également laissé filer trois balles de bris avec un score de 4-4. Mais le numéro un mondial n'a, lui, pas eu besoin d'autant d'opportunités que son adversaire. Il prive ensuite Rafael Nadal de finale et quitte les courts brésiliens médaillé d'argent, après sa défaite contre Andy Murray.

"Contre +Rafa+, ce n'est pas moi qui aurai le plus de pression", a estimé l'outsider de la finale, félicité par son compatriote Thomas Muster, seul Autrichien titré en Grand Chelem, à Paris (1995).

Articles Liés