Les cheminots toujours mobilisés — France

Les cheminots toujours mobilisés — France

La CGT continuera la grève "jusque fin juin" et, "après, les cheminots décideront", a-t-il ajouté. 240 élus se sont exprimés en faveur du projet et 85 contre, des membres du Parti socialiste et du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE). Les groupes de gauche ont voté contre. Mais les syndicats excluent à ce stade de mettre fin à la grève à épisodes entamée en avril pour peser jusqu'au bout du processus parlementaire. Satisfaits par l'adoption de ces amendements au Sénat, les deux syndicats réformistes vont-ils faire évoluer leur position quant à la grève?

- le droit au retour: entre la troisième et la huitième année après son transfert, un salarié parti chez un concurrent pourra revenir à la SNCF et aura alors le choix entre récupérer tous les droits liés au statut de cheminot ou réintégrer le groupe public en signant un nouveau contrat. Les sénateurs ont aussi adopté des amendements visant à maintenir une desserte fine de tous les territoires.

Ils n'ont en revanche pas abrogé les grands principes de la réforme, à savoir l'ouverture à la concurrence, la fin du statut de cheminot pour les nouvelles recrues et la transformation juridique de la SNCF. Le Sénat a adopté ce mardi en première lecture la réforme ferroviaire. Les parlementaires ont remanié à la marge le texte qui avait déjà reçu l'aval de l'Assemblée nationale.

Pour le gouvernement, les résultats des travaux au Parlement devraient convaincre les cheminots de cesser la grève. Un texte "enrichi sur un certain nombre de points", selon les mots de la ministre des Transports Élisabeth Borne. "La raison l'emporte, c'est ce qui est en train de se passer".

Rien n'est encore figé dans cette réforme.

A la SNCF grève et unité syndicale toujours à l'ordre du jour

Il y a "bien besoin de maintenir la pression", a estimé mardi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Pour regonfler les taux des grévistes, alors que la mobilisation s'est effritée au fil des épisodes de deux jours de grève, l'intersyndicale a décidé de rejouer la carte d'un nouveau temps fort unitaire. Le mouvement par intermittence est censé durer jusqu'au 28 juin.

L'intersyndicale de la SNCF a réaffirmé jeudi son unité, maintenu son calendrier de grève contre la réforme ferroviaire et exigé du gouvernement qu'il "prenne ses responsabilités", a indiqué à la presse Thierry Nier, secrétaire général adjoint de la CGT Cheminots.

Par rapport aux précédentes éditions de cette enquête publiée chaque semaine, l'opposition au mouvement reste stable à 56%, de même que la proportion de 64% des Français déclarant souhaiter que l'exécutif ne cède pas face à la mobilisation.


Articles Liés