La diplomatie à géométrie variable de Donald Trump — Nucléaire

La diplomatie à géométrie variable de Donald Trump — Nucléaire

"Nous allons les résoudre", lui a aussitôt répondu Donald Trump. Cette image symbolique et longtemps inimaginable, après des décennies de tensions liées aux ambitions nucléaires de la Corée du Nord, marque l'ouverture d'un sommet lourd d'enjeux pour l'Asie et le monde.

La réunion était la première entre un président américain en poste et un chef nord-coréen. La dimension "historique" de cette rencontre est également interrogée par le professeur d'histoire spécialiste des Etats-Unis, Corentin Sellin, qui a commenté sur Twitter: "Quelques secondes de sidération après la poignée de mains Kim/Trump, et on réalisé combien Trump, car président d'un pays démocratique, est désormais prisonnier de cette image".

Outre les gestes d'affection et les amabilités de circonstance, il faut surtout retenir la signature d'un document commun où la Corée du Nord s'engage derrière le principe d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Mais qu'en est-il pour Donald Trump?

"Ravi de vous rencontrer M. le président ", a, de son côté, déclaré le n°1 nord-coréen. Mais il reste prudent. Un attentat par empoisonnement est peut-être craint. Malgré les critiques relatives à la forme, à la méthode, ou aux objectifs réels du président américain, les conséquences de ses actions, concernant la diplomatie ou encore l'économie américaine sont de plus en plus présentées favorablement. Il a dit que " ces exercices sont une provocation pour les Nord-Coréens ".

Après la poignée de mains, les deux dirigeants se sont rencontrés seul à seul, puis avec leurs équipes. Il s'appuie aussi sur l'annonce par M. Trump de l'arrêt des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes, concession majeure à Kim Jong Un.


Les deux séries de manoeuvres, au printemps et à l'automne, "répondent à des exercices de la Corée du Nord", souligne M. Bennett, qui évalue leur coût à 2 % du coût total de l'alliance américano-coréenne (12 milliards de dollars).

En un peu plus d'un mois, Donald Trump a pris deux décisions lourdes de sens pour les Etats-Unis en matière de lutte contre la prolifération nucléaire. De nombreuses rumeurs à son égard ont fait état de problèmes de santé (obésité, hypertension ou encore diabète) et il fait tout pour se garder de divulguer des indices à ce sujet.

"Le président Donald Trump et le président Kim Jong Un se sont engagés à coopérer pour le développement de nouvelles relations entre les États-Unis et la RPDC et la promotion de la paix, de la prospérité et de la sécurité de la péninsule coréenne et du monde". L'administration Trump avait réagi par les menaces et une rhétorique belliqueuse tout en travaillant à l'ONU à l'application de sanctions très dures, avec l'aide de la Chine. "Ce sera très rapide ", a assuré Donald Trump. "C'était vraiment une rencontre fantastique" qui s'est déroulée "mieux que quiconque aurait pu imaginer", a-t-il lancé à la presse à l'issue d'un déjeuner de travail avec le dirigeant nord-coréen. "Le chemin pour en arriver là n'a pas été facile".

Donald Trump aurait ainsi sorti l'Amérique d'un piège dans lequel il aurait contribué à l'entraîner.

Kim Jong-un s'est dit de son côté prêt à prendre des "mesures de bonne volonté" supplémentaires. Il y a encore beaucoup de conditions et d'obstacles au processus qui a été enclenché.

Articles Liés