Washington accuse le Canada de "trahison" après le fiasco du G7

Washington accuse le Canada de

OTTAWA | Coup de théâtre, le président américain Donald Trump a annoncé sur Twitter que les États-Unis rejettent le communiqué final du G7, qualifiant Justin Trudeau de "malhonnête et de faible".

Les dirigeants du G7 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne et Japon) se sont mis d'accord samedi sur la nécessité d'un "commerce libre, équitable et mutuellement bénéfique" et sur l'importance de la lutte contre le protectionnisme, selon le communiqué commun, qui semblait avoir effacé les dissensions.

Dans son avion Air Force One, Donald Trump s'insurge et demande à ses conseillers de retirer la signature des Etats-Unis sur le communiqué final du G7. Pire, le semblant d'entente entre les Etats-Unis et les autres puissances mondiales risque de connaître un nouvel épisode difficile.

Après avoir joué ces derniers mois la séduction auprès de Donald Trump en imaginant sans doute pouvoir infléchir les projets du président américain sur l'accord sur le nucléaire iranien ou sur l'instauration de droits de douane pour l'acier et l'aluminium européens importés aux États-Unis, Emmanuel Macron a opéré un revirement et déclaré peu avant l'ouverture du G7: "l'isolationnisme est mauvais pour le peuple américain". Dans la foulée, il a renouvelé ses menaces de mettre en place des taxes sur le secteur de l'automobile. Donald Trump a assuré que la Corée du Nord "travaille très bien avec nous" et s'est dit "vraiment confiant" avant cette rencontre, dont il saura peut-être "dès la première minute" si elle peut déboucher sur un accord.

Trudeau est dans la Vieille-Capitale pour une série de rencontres bilatérales avec des dirigeants de pays invités dans le cadre du sommet du G7.


LA MALBAIE, Québec, 9 juin (Reuters) - Les Etats-Unis et l'Union européenne ont convenu vendredi d'établir un format de dialogue sur les questions commerciales, en pleine dispute entre Donald Trump et ses alliés sur ce sujet, a déclaré une source à la présidence française.

Ces propos interviennent le lendemain de ceux formulés par Justin Trudeau qui a annoncé que le G7 avait réussi à signer un "communiqué commun", malgré des divergences sur le commerce.

Donald Trump a envoyé son message sur les réseaux sociaux à peine deux heures après la fin du sommet. Et comment va se dérouler ce sommet qui va s'ouvrir dans quelques jours à Singapour, un sommet crucial pour la paix dans le monde?

Ce dimanche, l'Élysée, qui croyait avoir réussi l'impossible a rappelé: "Nous avons passé deux jours à avoir un texte et des engagements". "Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7", a répondu le cabinet de Justin Trudeau dans un communiqué. De son côté, l'Elysée a rappelé que "la coopération internationale ne peut dépendre des colères ou des petits mots". "Le Premier ministre Trudeau est tellement indigné, évoquant les relations que les Etats-Unis entretiennent depuis des années. mais il n'évoque pas le fait qu'ils nous chargent jusqu'à 300% sur les produits laitiers, tuant ainsi notre agriculture", a écrit Trump jeudi. Elle y est interprétée comme un symbole des différents entre les Etats-Unis et France en particulier, et plus généralement avec les autres pays du G7. Emmanuel Macron a lui prévenu qu'il n'y avait "pas de changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaines. "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées" avec le président américain.

Articles Liés